le leader des bleus
Impliqué dans 10 des 15 buts des Bleus lors des éliminatoires du Mondial, Ribéry est le leader des bleus

Mondial-2014 : Jour-J pour l’Equipe de France et les sélections Européennes

C’est le jour-J pour l’ qui va affronter ce soir l’Ukraine. D’autres matchs de barrages au Mondial 2014 auront lieu dans la zone Europe. Focus sur les enjeux de ces confrontations.

Quatre matchs, quatre confrontations à enjeux pour les sélections européennes afin de prendre une option sur leur voyage au Brésil en Juin 2014. La phase aller des barrages de la Zone Europe débute ce soir, avec au programme :

Quelles équipes obtiendront les quatre derniers billets du contingent de 13 formations représentant le Vieux Continent ? Analyse de ces matchs couperets pour 8 sélections sous pression.

Main Henry

La fameuse main de Thierry Henry face à l’Eire en 2009 qui qualifie les bleus au Mondial 2010.

Le match tant attendu par les supporters français

C’est à 20h45 (21h45 heure locale) que les bleus affronteront l’Ukraine pour ce match tant attendu par les français (commenté en live tweet via le hashtag #UKRFRA). Si beaucoup sont tentés de dire que cette confrontation face à l’Ukraine est une aubaine, il ne faut pas non plus oublier les qualités défensive de cette équipe, qui a tant fait trembler l’Angleterre.

Pour l’Equipe de France, ancienne championne du monde en 1998 et finaliste en 2006, il ne faudra pas céder à l’angoisse afin d’éviter une catastrophe ; ce qui semble être la ligne adoptée par le groupe des bleus dans leur communication de ces derniers jours. D’autant que les bleus pourront compter sur un Ribéry de classe mondiale et en pleine forme, impliqué dans 10 des 15 buts des Bleus lors des éliminatoires de la coupe du monde (5 buts, 5 passes déc.).

L’Ukraine est quant à elle en plein renouveau et a échoué à un petit point de l’Angleterre dans son groupe de qualification. Habituée de ces barrages qu’elle va disputer pour la quatrième fois (1998, 2002 et 2010) sans jamais avoir passé l’obstacle, l’Ukraine est une formation très compacte, dont tous les joueurs évoluent dans les grands clubs du pays à l’exception du capitaine Anatoly Timoshchuk, au Zénith Saint-Petersbourg, et qui se projette très rapidement en attaque. Andriy Yarmolenko sur le flanc droit, et Yevhen Konoplyanka, côté gauche sont les deux artificiers de l’équipe qui a tourné à une moyenne de 2,8 buts par match en qualifications. Yarmolenko, 24 ans, est notamment considéré comme le « nouveau Schevchenko » évolue dans le couloir droit de l’Ukraine et du Dynamo Kiev. Très athlétique (1m89), bon dribleur, rapide, il est particulièrement dangereux quand il rentre vers l’intérieur et frappe du gauche. Il reste d’ailleurs sur une série de 12 buts lors de ses 11 derniers matches, toutes compétitions confondues. Enfin, il faut noter que le sélectionneur Ukrainien Mykhailo Fomenko n’a perdu aucun de ses 10 matches à la tête de l’Ukraine (8 succès, 2 nuls). Prudence donc.

Ce match est donc un véritable test pour les bleus. Afin de vous mettre dans l’ambiance, nous vous suggérons notamment la lecture de l’excellent article du Parisien qui recense en vidéo les 10 matchs couperets vécus par l’équipe de France.

Duel_Ronaldo_Ibrahimovic

Le duel Ronaldo vs Ibrahimovic. Lequel manquera le Mondial ?

L’affiche des barrages

Le match entre le Portugal et la Suède est l’affiche de ces matchs de barrages, un vrai choc des titans entre Christiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic. Mais limiter ce choc à la confrontation entre CR7 et Ibra serait réducteur, même si le perdant manquera cruellement au Brésil. « Il arrive que des individualités fassent basculer certains matches« , reconnait Paulo Bento, le sélectionneur lusitanien. « Mais l’obligation d’un entraîneur, c’est de mettre le talent au service d’une organisation collective« . Par ailleurs le Portugais regrette que son équipe n’arrive pas à s’imposer face à « des adversaires auxquels nous sommes supérieurs », faisant ainsi référence aux points perdus contre Israël, notamment lors de l’avant-dernière journée à domicile à cinq minutes de la fin (1-1) alors que le Portugal était maître de son destin. La Selecçao doit ainsi passer par les barrages pour la deuxième fois de son histoire, après 2010 contre la Bosnie-Herzégovine (0-1, 1-0). Heureusement Paulo Bento enregistre le retour Cristiano Ronaldo, suspendu lors du dernier match, mais il sera cette fois privé du prolifique milieu offensif Danny et de son gardien Anthony Lopes, tous deux blessés.

De son côté le sélectionneur suédois Erik Hamren s’appuiera sur le même groupe qui a terminé à huit points de l’Allemagne, non sans lui avoir marqué sept buts en deux rencontres. Les Scandinaves, qui n’ont jamais perdu face au Portugal, pratiquent un football offensif mais connaissent parfois de grosses faiblesses en défense (14 buts concédés en qualification). « On doit réduire nos erreurs. Mais les matches de barrages sont comme deux finales, c’est complètement différent que les matches de groupe. Ça va être deux matches fantastiques« , se réjouit à l’avance Ibrahimovic.

Ce match tiendra-t-il ses promesses ? Le rendez-vous est donné à 20h45 heure française, en direct sur Canal+ Sport et Foot+, commenté en live tweet via le hashtag #PORSUE sur Twitter.

Grèce-Roumanie-qualif-Mondial

Grèce-Roumanie : Deux équipes pour un Mondial (© Associated Press)

La confrontation la plus équilibrée

Deuxième du Groupe G tout en ayant le même nombre de points que la Bosnie-Herzégovine (meilleure différence particulière), la Grèce s’attend à une double confrontation très ouverte face à la Roumanie, deuxième du Groupe D derrière les intouchables Pays-Bas, et en pleine progression. Fernando Santos, le sélectionneur Grec, a rappelé l’attaquant Theofanis Gekas et le milieu de terrain du FC Kaiserslautern Kostas Fortounis pour renforcer un groupe soudé où l’on retrouve six joueurs de l’Olympiakos, champion de Grèce en titre et actuel leader, et cinq du PAOK Salonique, son dauphin. En revanche la Roumanie sera handicapée par l’absence de sa tour de défense Vlad Chiriches. Même si la Grèce reste sur une série de six victoires, les statistiques sont légèrement favorables à la Roumanie qui, en 30 rencontres, s’est imposée 17 fois contre cinq victoires hellènes et huit nuls. Pour une analyse plus approfondi des enjeux et de la forme de chaque équipe, nous vous recommandons la lecture de cet article de DH.be.

Le match débutera à 20h45 heure française et sera commenté en live tweet via le hashtag #GREROU sur Twitter.

Joie-Islande-qualif-Mondial

La joie des joueurs islandais après leur accession en barrages du Mondial 2014, le 15 octobre 2013 à Oslo (Norvège). (© REUTERS)

L’Islande n’a rien à perdre

Enfin l’Islande, véritable révélation des qualifications, n’aura rien à perdre et jouera libéré face à la Croatie, troisième en 1998. Si elle se qualifiait pour le Mondial, l’Islande serait le 1er pays de moins d’un million d’habitants à y participer. Et ceci grâce à une génération exceptionnelle emmenée par le milieu de Tottenham Gylfi Sigurosson ou le vétéran de l’attaque Eidur Gudjohnsen.

Les deux équipes se sont rencontrées deux fois lors des qualifications pour Allemagne 2006, la Croatie s’imposant 4-0 à Zagreb et 3-0 à Reykjavik. Mais depuis les choses ont changé. Le capitaine islandais Aron Gunnarsson, 24 ans, milieu de terrain de Cardiff, le buteur de l’Ajax Amsterdam Kolbeinn Sigþorsson, 23 ans, et le meneur de Tottenham Gylfi Sigurðsson, 23 ans, sont les fers de lance de la méconnue équipe de la « terre de glace« , qui aspire à disputer la première phase finale de son histoire. En deux ans, le Suédois Lars Lagerbäck a complétement transformé l’équipe. « Il nous a donné confiance en nous faisant prendre conscience du gros potentiel que nous avions, malgré la petite taille de notre pays (320 000 habitants)« , souligne Gunnarson.

Du côté Croate, après la démission d’Igor Stimac au terme des qualifications où la Croatie a pris la deuxième place du Groupe A derrière la Belgique, Niko Kovac a entamé une véritable course contre la montre pour remotiver les Vatreni. L’ancien milieu de terrain international (14 buts en 83 sélections) a rapidement dressé un constat :

Individuellement, nous ne manquons pas de joueurs talentueux mais qui sont souvent trop individualistes. Ils n’ont quand même pas pu oublier leur football en si peu de temps. Il faut juste instaurer une certaine discipline de jeu.

Le match débutera à 21h00 heure française et sera commenté en live tweet via le hashtag #ISLCRO sur Twitter.

Selon-vous, quelles sont les 4 équipes qui prendront une sérieuse option ce soir et rejoindrons probablement le Mexique et l’Uruguay ? Le débat est ouvert…

Recevez gratuitement les dernières actualités de la Coupe du Monde

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Google+
%d blogueurs aiment cette page :