Jerome_Valcke_FIFA
Jerome Valcke, secrétaire général de la FIFA

Mondial-2022 : la compétition en Novembre-Décembre ?

La nouvelle vient de faire l’effet d’une bombe : Jérôme Valcke, secrétaire général de la a annoncé sur France Info que le Mondial-2022 ne se jouerait pas en été, période habituelle de la compétition.

Dans une interview exclusive sur les ondes de France Info, le secrétaire de la FIFA a assuré que la Coupe du monde 2022 n’aurait pas lieu durant l’été caniculaire du Qatar. Il se montre catégorique, alors que le débat vient seulement d’être lancé avec les différentes parties prenantes. Il faut dire que depuis l’attribution de la coupe du monde 2022 au Qatar en 2010, le débat fait rage : est-il possible de jouer au football en été, sous des températures caniculaires – plus de 45°C – qui pourraient mettre en danger la santé des joueurs ?

Le numéro 2 de la FIFA a aussi estimé que la meilleure période pour jouer ce mondial serait entre le 15 novembre et la fin du mois de décembre, sans préciser si cela concernerait la saison 2021-2022 ou 2022-2023 :

Si vous jouez entre le 15 novembre et la fin du mois de décembre, c’est le moment où la météo est la plus favorable avec une moyenne de 25 degrés. C’est parfait pour jouer au football – Jérôme Valcke

Cette déclaration intervient dans un contexte où le comité exécutif de la FIFA a lancé en octobre 2013 un processus de consultation des parties prenantes sur les dates de ce mondial avec un planning très précis :

  • janvier-août 2014, réunions avec les parties prenantes de la communauté internationale de football (FIFA, confédérations, associations membres, ligues, clubs, joueurs, etc.) et des partenaires commerciaux de la FIFA (détenteurs de droits médias et affiliés commerciaux) ;
  • septembre 2014, première réunion sur le calendrier international des matches ;
  • novembre 2014, deuxième réunion sur le calendrier international des matches;
  • décembre 2014, présentation et validation définitive du comité exécutif de la FIFA

Cette consultation doit être effectuée par le biais d’un groupe de travail présidé par le président de l’Asian Football Confederation (l’équivalent de l’UEFA pour l’Asie), le cheikh Salman bin Ebrahim Al Khalifa. Ce dernier s’est notamment positionné il y a quelques jours sur le sujet en déclarant que la controverse sur la période de la compétition et la chaleur n’en était pas une, citant les exemples des coupes du monde 1970 et 1986 au Mexique (où les températures moyennes juin prochains pourrait atteindre 40 °C). Lors du lancement de la consultation, la FIFA avait notamment déclaré qu’aucune décision à cet égard ne sera prise avant la Coupe du Monde 2014, puisque la compétition ne se déroulerait que dans neuf ans.

Conférence de presse suite au comité exécutif de la FIFA qui annonce notamment le lancement de la consultation pour le Mondial 2022 :

Si le président de la FIFA, Joseph Blatter s’est lui-même déclaré favorable à une organisation en hiver, il avait toutefois rappelé en novembre lors d’une conférence de presse que la compétition n’aurait pas lieu en janvier ou en février par respect pour les Jeux Olympiques d’hiver 2022, qui se dérouleront pendant cette période. Les enjeux sont alors important, et pas seulement au niveau du football. Le débat autour de la période de la compétition pose donc de nombreux problèmes : téléscopage avec les autres compétitions de football (notamment la ligue des champions et les championnats nationaux), droits de diffusion à renégocier, mais aussi incompréhension des fédérations de sports d’hiver, qui verraient débarquer un mastodonte médiatique pendant leur saison de prédilection.

Cette déclaration de Valcke ne peut pas être précise pour une décision officielle de la FIFA. Toutefois, il y a fort à parier que cela aura un effet sur la consultation et les relations entre la FIFA et la communauté internationale du sport. A commencer par l’Association des Ligues européennes de football (EPFL) qui exprimait par la voix de son président Frédéric Thiriez (aussi président de la LFP) en octobre que cette décision ne pourrait se faire sans l’avis de l’EPFL :

La FIFA a décidé d’ouvrir le processus normal de négociation, à partir de janvier nous participerons aux discussions (…) Cette décision ne se fera pas sans nous, que ce soit clair. Il n’est pas concevable qu’une décision de cette nature, qui bouleversera le calendrier des championnats nationaux de l’ensemble des pays européens, non pas seulement pour une saison mais avec des conséquences sur la saison d’après et la saison d’avant, soit prise sans que nous soyons, non seulement consultés, mais partie prenante à la décision. Nous faisons confiance à la FIFA pour que ce processus de décision soit transparent, honnête et raisonnable.

Pour ce qui est du comité d’organisation du Qatar, cela ne devrait pas trop bouleverser les plans, le directeur exécutif ayant annoncé récemment que l’objectif du Qatar était d’être prêt pour 2020.

Une annonce qui risque de faire grand bruit, qui risque de coûter cher au secrétaire de la FIFA. Erreur de communication ou volonté d’outrepasser la consultation ?

Recevez gratuitement les dernières actualités de la Coupe du Monde

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

À propos Bryan Coder

Passionné de football et économiste de formation, je suis spécialiste en veille stratégique. Je mets à contribution mon profil de « veilleur-analyste » afin de décrypter les stratégies mises en place par les acteurs de l’économie du football pour assurer leur développement, leur compétitivité et leur attractivité.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Google+
No matches
%d blogueurs aiment cette page :