Raul Jimenez, sauveur de la nation
Raul Jimenez, sauveur de la nation ( © OSVALDO AGUILAR)

Mondial-2014 : Mexique – Nouvelle-Zélande, le choc des cultures.

Ce Mercredi 13 Novembre, Le Mexique recevra la Nouvelle-Zélande pour le compte du match aller des barrages à la coupe du monde 2014. Analyse des enjeux de ces matchs de barrages.

Malgré sa défaite face au Costa Rica lors du dernier match de qualifications de la zone CONCACAF (2-1), la Tri a terminé 4e de son groupe et fera face au vainqueur de la zone Océanie, la Nouvelle-Zélande. Les All White sont eux qualifiés depuis le mois de Mars 2013 suite à leur victoire face aux Iles Salomon (2-0). Retour sur la performance des deux équipes lors de la phase de barrages, et gros plan sur la double confrontation à venir.

Le Mexique, 24ème nation mondiale, face à la Nouvelle-Zélande, classée 79ème. A priori déséquilibrée, cette double confrontation vaudra son pesant d’or. A la clé : un billet pour le Mondial Brésilien. La sélection du charismatique Miguel Herrera, 4ème sélectionneur Mexicain en deux mois, n’est pas à son meilleur niveau et n’a remporté que deux de ses dix matchs de qualification. Elle devra faire beaucoup mieux pour éliminer des Néo-Zélandais qui n’ont rien à perdre et se jetteront à corps perdu dans la bataille pour décrocher une deuxième qualification consécutive en Coupe du Monde, après leur beau parcours en 2010 en Afrique du Sud.

Le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande Ricki Herbert le faisait d’ailleurs remarquer ces derniers jours, ne manquant pas de mettre la pression sur son adversaire :

C’est une sacrée bonne équipe, et dans un bon jour, elle peut battre n’importe qui devant son public. Mais j’ai perçu de la vulnérabilité, de la nervosité, de l’incertitude parmi les joueurs mexicains. Je ne suis pas sûr qu’ils (les joueurs mexicains) pourraient supporter la pression si l’ambiance devait leur devenir hostile alors qu’on attend d’eux qu’ils gagnent.

Miguel Herrera était quand à lui confiant quant aux chances de qualification de son équipe :

Je suis très content du travail accompli. Je suis très content d’être ici et concentré sur l’obtention de ce ticket (pour la Coupe du Monde)… […] Nous sommes concentres sur l’aspect athlétique, c’est très important et nous voulons être a 100%.

Les Sélections

Miguel Herrera, qui est également coach du Club America en première division mexicaine, a fait appel à 10 joueurs de son club pour cette occasion, dont 5 des 9 défenseurs. Seulement 3 joueurs comptant plus de 35 sélections seront présents : les défenseurs Rafael Marquez et Francisco Rodriguez, ainsi que le milieu de terrain Sinha. A l’inverse, 3 joueurs ont été appelés pour la première fois – Miguel Angel Herrera, Luis Angel Mendoza et Rodrigo Salinas. Mais la surprise la plus notable est qu’Herrera a fait appel exclusivement à des joueurs évoluant dans la ligue mexicaine. Exit donc le portier Guillermo Ochoa, et les attaquants Javier « Chicharito » Hernandez, Carlos Vela ou encore Giovanni Dos Santos.

Du côté néo-zélandais, il faut noter la présence de 8 joueurs évoluant en Europe. Les deux joueurs à surveiller étant l’attaquant de Stuttgart Marco Rojas, et celui de Leicester, Chris Wood.

  • Liste des 23 joueurs Mexicains
  • Liste des 24 joueurs Néo-Zélandais
Jesus Corona (Cruz Azul), Moises Munoz (America) Défenseurs: Rafael Marquez (Leon), Juan Carlos Valenzuela, Francisco Rodriguez, Adrian Aldrete, Paul Aguilar, Miguel Layun (America), Miguel Herrera (Pachuca), Hiram Mier (Monterrey), Rodrigo Salinas (Morelia) Milieux: Juan Carlos Medina, Luis Mendoza, Jesus Molina (America), Lucas Lobos (UANL Tigres), Carlos Pena, Edwin Hernandez, Luis Montes (Leon) Attaquants: Jesus Escoboza, Oribe Peralta (Santos Laguna), Raul Jimenez (America), Aldo De Nigris (Guadalajara)
Glen Moss (Wellington Phoenix), Jacob Spoonley (Wellington Phoenix), Tamati Williams (Auckland City FC) Défenseurs: Andrew Durante (Wellington Phoenix), Tony Lochhead (sans club), Jake Butler (Waitakere United), Storm Roux (Central Coast Mariners, AUS), Ben Sigmund (Wellington Phoenix), Tommy Smith (Ipswich Town FC, ANG), Bill Tuiloma (Olympique Marseille, FRA), Ivan Vicelich (Auckland City FC) Milieux: Leo Bertos (Wellington Phoenix), Aaron Clapham (Canterbury Utd), Jeremy Christie (sans club), Craig Henderson (Mjallby AIF, SWE), Chris James (Kuopion Palloseura, FIN), Michael McGlinchey (Central Coast Mariners, AUS) Attaquants: Kosta Barbarouses (Melbourne Victory, AUS), Jeremy Brockie (Wellington Phoenix), Rory Fallon (St Johnstone, SCO), Marco Rojas (Vfb Stuttgart, ALL), Shane Smeltz (Perth Glory, AUS), Chris Wood (Leicester City FC, ANG)

Historique des confrontations

Les deux équipes ne se sont affrontées que deux fois lors de ces dix dernières années : en Mars 2010 et Juin 2011, à chaque fois en Amical. Les deux rencontres se sont jouées au Mexique, et se sont soldées a chaque fois par une victoire des locaux : 2-0 en 2010 (buts de Javier Hernandez et Carlos Vela), 3-0 en 2011 (avec notamment un double de Giovanni Dos Santos).

La tendance reste donc nettement en faveur des Mexicains, même s’il sera intéressant de voir le comportement des deux équipes dans ce match à enjeux. Ce match reste une opposition de style classique entre une équipe joueuse et technique, face à un bloc défensif et physique et solide.

Focus sur les matchs de qualification

Le Mexique a terminé 4e de son groupe, ne devant sa place de barragiste qu’a la victoire in-extremis des Etats-Unis sur le Panama (3-2, dont 2 buts dans le temps additionnel). Avec seulement 2 victoires en 10 matchs (pour 5 nuls et 3 défaites), la Tri se classe derrière les Etats-Unis, le Costa Rica et le surprenant Honduras. Deuxième plus mauvaise attaque du groupe final de la zone CONCACAF, elle possède néanmoins la 3e meilleure défense (9 buts encaissés).

La Nouvelle-Zélande a de son coté logiquement remporté le groupe qualificatif de la zone Océanie, en remportant la totalité de ses 6 matches face à la Nouvelle-Calédonie, Tahiti et les Iles Salomon. Les All White terminent avec 17 buts marqués pour 2 encaissés.

Winston Reid NZL

Winston Reid manquera les deux matchs de barrages face au Mexique…

Les Joueurs à suivre

Pour le Mexique, nul doute que les rares joueurs d’expérience détiendront la clé de la performance de l’équipe. En ce sens, Rafael Marquez, qui a longtemps évolué en Europe, aura une influence prépondérante sur le rendement de ses co-équipiers. Le vétéran Sinha (Toluca, MEX) a également été appelé compte tenu de son importance lors de matchs à enjeux. D’autre part, comment ne pas citer le contingent de joueurs évoluant a l’America, l’un des plus gros clubs Mexicains, et sur lequel s’appuiera largement Miguel Herrera ? Les automatismes et la confiance de leur coach en ces joueurs est peut-être la formule qui permettra au Mexique de retrouver des couleurs au meilleur moment. A l’image de Raul Jiménez, qui s’était illustré par une superbe bicyclette (vidéo ci-dessus), donnant la victoire aux siens face au Panama.

Les Néo-Zélandais s’appuieront, quant à eux, sur les attaquants Rory Fallon et Chris Wood, tous deux évoluant en Europe. L’équipe devra surtout tout faire pour bien défendre, malgré l’absence confirmée récemment de leur capitaine Winston Reid (photo) fer de lance de leur ligne arrière et titulaire indiscutable chez les Hammers de West Ham (ANG).

Rendez-vous ce mercredi 13 novembre pour la première manche de l’un des matchs couperet pour se rendre au Brésil. Les Néo-Zélandais se qualifieront-ils une seconde fois de suite pour un Mondial ? Le Mexique participera-t-il à son quinzième Mondial ou subira-t-il la même désillusion qu’en 1990 ?

Recevez gratuitement les dernières actualités de la Coupe du Monde

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

À propos Cyril Carrere

Cyril Carrere est CEO de Quantum Sports Analytics (QSA), SAS créée en Août 2013, avec Pierre-Yves Mauries son associé. Elle est basée à Paris (France) et compte un bureau représentatif à Yokohama (Japon). QSA se spécialise dans la collection, l’analyse et l’édition de rapports de performances à l’attention des clubs et joueurs professionnels, dans le monde du Football et du Basketball. QSA supporte également les magazines et sites internet sportifs, en contribuant à la rédaction d’articles et fournissant des analyses de données spécifiques. Parmi les clients de QSA, la JSF Nanterre ou encore le magazine Japonais J-Soccer.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Google+
%d blogueurs aiment cette page :