Sepp_Blatter
Sepp Blatter, président de la FIFA

Plus de pays Africains et Asiatiques à la coupe du monde de football ?

Vendredi 25 octobre, Sepp Blatter a émis l’idée d’élargir le nombre de pays Africains et Asiatiques représentés lors des éditions de coupe du monde de football. 

Le président de la a une nouvelle fois relancé le débat sur la répartition des places par confédération à la coupe du monde. Dans le magazine de la , S. Blatter a exprimé son souhait de voir une coupe du monde en phase avec la mondialisation actuelle :

Il faut accorder aux fédérations africaines et asiatiques la place qu’elles méritent. Les Européens et les Sud-Américains ont la majorité des places pour la Coupe du monde alors qu’ils ont moins de fédérations que l’Afrique et l’Asie. Ce n’est pas normal que l’Afrique n’ait que cinq places.

Les critères de choix étant notamment liés au pays hôte du mondial, et aux performances de chaque équipes aux compétitions précédentes. En mars 2011, le débat avait déjà été soulevé entre les 24 membres du comité exécutif de la FIFA. L'attribution des places par confédération était pourtant resté inchangé, et ce depuis le Mondial 2006 :

  • Europe (UEFA) : 13 places
  • Asie (AFC) : 4,5 places
  • Afrique (CAF) : 5 places (perdant la sixième qui avait été accordée à l’Afrique du Sud en 2010)
  • Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF) : 3,5 places
  • Amérique du Sud (CONMEBOL) : 5,5 places (dont celle du Brésil)
  • Océanie (OFC) : 0,5 places
Carte du monde des confédérations de football

Carte du monde des confédérations de football

L’organisation de la coupe du monde au Brésil a fait perdre une place à l’Afrique, qui avait 6 places en 2010 grâce à l’organisation de la compétition par l’Afrique du Sud, de facto qualifiée pour la coupe du monde. A l’époque, Sepp Blatter avait notamment déclaré qu’il n’y avait rien à changer dans le mode de répartition, “si l’on regarde les résultats sportifs”.

Mais modifier le système de répartition des sièges à la coupe du monde résulte d’un choix politique lourd de conséquences : décider d’attribuer plus de sièges à une confédération revient, dans un système clos à 32 participants, à diminuer le nombre de sièges d’une ou plusieurs autres confédérations. Si nous considérons que le critère d’attribution est lié aux performances de chaque confédération, il semble difficile d’allouer moins de places aux équipes sud-américaines ou européennes eu égard aux résultats des derniers mondiaux. D’autant que nous imaginons assez mal comment l’UEFA accepterait de perdre une partie de ses 13 places…

Ce lundi, Michel Platini, actuel président de l’UEFA et potentiel candidat à la succession de Sepp Blatter a lui aussi commenté le système de répartition des places à la coupe du monde 2014 dans une interview donnée au quotidien anglais The Times. Son analyse va dans le sens du président de la FIFA. Mais plutôt que d’enlever des places à une ou plusieurs confédération(s), il suggère d’augmenter le nombre de participants au Mondial 2018 à quarante nations :

Je suis totalement d’accord avec Sepp Blatter, nous avons besoin de plus d’équipes africaines et asiatiques. Mais plutôt que d’enlever des équipes européennes, nous devrions aller jusqu’à 40 équipes. On pourrait ajouter deux africaines, deux asiatiques, deux américaines, une d’Océanie et une européenne.

Cela ferait huit groupes de 5 équipes. Et selon nos études, cela ne rajouterait que trois jours de compétition à la Coupe du monde.

Pour l’ancien joueur, huit concurrents supplémentaires permettraient ainsi aux fédérations africaines et asiatiques de pouvoir ainsi aligner plus de représentants. Une idée qui peut séduire ; mais qui ne manquera pas d’avoir un impact conséquent sur l’organisation des prochaines coupes du monde si celle-ci vient à aboutir…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Recevez gratuitement les dernières actualités de la Coupe du Monde

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

À propos Bryan Coder

Passionné de football et économiste de formation, je suis spécialiste en veille stratégique. Je mets à contribution mon profil de « veilleur-analyste » afin de décrypter les stratégies mises en place par les acteurs de l’économie du football pour assurer leur développement, leur compétitivité et leur attractivité.

2 plusieurs commentaires

  1. Je vote oui à 100 % !

  2. Réflexion tout à fait pertinente. Toutefois, qui dit plus de participants au mondial dit compétition plus longue. Financièrement il faut pouvoir assumer pour les organisateurs. Pas sur que la Russie et le Qatar soit si satisfait si un tel bouleversement arrivait
    Mais le débat doit est lancé. Ne serait-ce parce qu’il serait plus logique d’avoir plus d’africains et d’asiatiques au mondial ; mais ce qui est sur c’est qu’il semble peu probable de baisser le nombre de pays d’Amérique du Sud ou d’Europe pour en arriver la. De sacrés débats en perspective je pense !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Google+
No matches
%d blogueurs aiment cette page :